Accueil » Blog » Environnement » Pesticides cancérigènes dans l’eau du robinet : votre commune est-elle concernée ?
a

Pesticides cancérigènes dans l’eau du robinet : votre commune est-elle concernée ?

Eau du robinet contaminé par les pesticides

Les pouvoirs publics le répètent régulièrement, l’eau du robinet est aussi bonne que l’eau minérale en bouteille. Pourtant, des données indiquent que l’eau potable est contaminée par un pesticide jugé « cancérigène suspecté ». La Bouëxière, Sens-de-Bretagne, Saint-Symphorien, Saint-Grégoire, quels sont les chiffres pour votre commune ?

Qu’est-ce que le S-métolachlore, ce pesticide présent dans l’eau du robinet ?

Le S-métolachlore est un pesticide qui est massivement utilisé en agriculture pour le désherbage des cultures de maïs. En Ille-et-Vilaine comme en Bretagne, c’est l’herbicide le plus utilisé. 22 tonnes de ce produit ont ainsi été vendues pour la seule année 2019 sur le territoire de l’Ille-et-Vilaine.

Une fois épandu, cet herbicide finit par se dégrader en trois types de métabolites : l’OXA métolachlore, le NOA métolachlore et l’ESA métolachlore. Ces deux composés rejoignent les cours d’eau par ruissellement ou s’infiltrent dans le sol jusqu’au nappes phréatiques.

Le problème est que l’ESA-métolachlore est classé comme « cancérogène suspecté » depuis juin 2022. C’est d’ailleurs pour veiller sur la santé des citoyens que depuis 1980 la législation européenne fixe la limite à 0,1 microgramme par litre depuis 1980.

Soucieuse de la santé de ses concitoyens, la France s’aligne sur cette directive.

Le seuil d’alerte (presque) toujours dépassé dans le 35

La qualité des eaux souterraines et de surface destinées à la consommation humaine est régulièrement contrôlée par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). 

A lire :  La Semaine de la réduction des déchets 2014

Pourtant, ce même organisme alerte en 2021 sur le fait que le seuil maximum de 0,1 microgramme (µg) en métabolites du S-métolachlore par litre d’eau est très souvent dépassée. L’Anses produit d’ailleurs un rapport à ce sujet.

Les analyses sont systématiquement partagées avec l’ARS (Agence régionale de santé) Bretagne. En cas de dépassement du seuil réglementaire, les collectivités concernées sont obligatoirement informées. En clair, si une situation de non-conformité de l’eau potable est constatée à Rennes, à Betton, à Chauvigné ou encore à Liffré, les communes concernées reçoivent une alerte.

ESA métolachlore : comment l’Anses fait disparaître la non-conformité de l’eau potable ?

Selon le Ministère de la santé, l’eau potable distribuée à plus de 1 600 000 Français est non conforme en 2020 à cause de la présence de l’un des métabolites du S-métolachlore. Dans plus de 7 cas sur 10, le composé mis en cause est l’ESA-métolachlore. La teneur de ce pesticide dépasse le seuil européen de 0,1µg/l.

Que cela ne tienne ! Pour que l’eau du robinet soit de nouveau conforme, l’Anses a décidé de relever ce seuil maximum. Ainsi, le 30 septembre 2022, l’Anses change sa méthodologie d’évaluation. Ce changement est loin d’être anodin car il permet du même coup de relever le seuil maximum qui n’est plus de 0,1 µg/l, mais de 0,9 µg/l.

Grâce à cette augmentation de 900 % qui tient plus du coup de baguette magique, la quasi-totalité de l’eau distribuée au robinet en France retrouve une situation de conformité.

Quelle quantité de pesticides dans l’eau du robinet de votre commune ?

Dans une édition récente, Ouest-France a publié une carte de Bretagne avec les communes dont les prélèvements dépassent le seuil de 0,1µg/l en métabolite ESA-métolachlore. La période concernée s’étale d’avril 2021 à octobre 2022, c’est-à-dire jusqu’à ce que l’Anses relève le taux de 900 %.

A lire :  Extinction de Sens-de-Bretagne pour économiser 3000 € ?

Le nord de l’Ille-et-Vilaine (35) est relativement épargné par rapport aux aux départements bretons. Quelques exemples de non-conformités (en µg/l) :

  • Villamée : 0,61
  • Poilley : 0,61
  • Combourtillé : 0,25
  • Rives-du-Couesnon : 0,25
  • Baguer-Morvan : 0,21
  • Cuguen : 0,21
  • Dingé : 0,19
  • Guipel : 0,19
  • Vignoc : 0,19
  • Louvigné-du-Désert : 0,18
  • Saint-Sauveur-des-Landes : 0,18
  • Saint-Hilaire-des-Landes : 0,18
  • Combourg : 0,18
  • Sens-de-Bretagne : 0,17
  • Romazy : 0,17
  • Vieux-Vy-sur-Couesnon : 0,17
  • Gahard : 0,17
  • Chauvigné : 0,17
  • Saint-Marc-le-Blanc : 0,13
  • Saint-Germain-en-Coglès : 0,13
  • Liffré : 0,13
  • Acigné : 0,12
  • Rennes : 0,11

Sur le blog :

blank

La Redadeg 2016 de passage à Sens-de-Bretagne

La Redadeg, qui na lieu qu’une fois tous les 2 ans est de passage cette année à Sens-de-Bretagne. Une course de plus de 1700 km à travers les cinq départements bretons au profit du Breton et du Gallo.